Commentaire – Mère Teresa : qui canonise-t-on ?

S’il est un phénomène curieux, c’est l’intérêt que Mère Teresa a pu susciter de son vivant et après sa mort. Sa spécialité (ou son charisme) étaient les pauvres parmi les pauvres : elle commença son action, en ramassant une femme à demi-morte que son fils avait déposée dans une poubelle et que les fourmis dévoraient. Son second fait d’arme fut de ramasser une autre femme, à moitié morte encore, à laquelle s’attaquaient des rats. C’était en 1950, en Inde, à Calcutta. Tente ans plus tard, en 1979, cette religieuse recevait le prix Nobel de la paix, à Oslo. Pourquoi un prix de la paix à une religieuse qui s’occupe des miséreux moribonds ? La réponse vient de Mère Teresa elle-même : le fruit du silence est la prière ; le fruit de la prière est la foi ; le fruit de la foi est le service ; [...]